dimanche 20 octobre 2019

Maman, papa, comment vous vous êtes rencontrés ?



Sofia est une petite fille curieuse, des questions plein la tête. Celle qu’elle pose à ses parents aujourd’hui est très importante : « Comment vous vous êtes rencontrés, quand je n’existais pas encore ? » . Même si Sofia connaît déjà la réponse, ses parents prennent toujours un grand plaisir à lui répondre. Le papa a foncé dans un mur pour éviter un piéton. Sa maman est venue avec sa dépanneuse aider l’accidenté au véhicule tout cabossé. Coup de foudre !

Heureuse de cette rencontre fortuite, Sofia veut remercier le piéton avec un dessin. Et pourquoi pas un grand dessin sur le mur qui se trouvait sur le chemin ? Mais d’ailleurs... ce jour-là... maman n’était pas censée travailler... Sa collègue était malade, maman l’a remplacée. Et hop ! Un dessin pour la collègue ! Sofia remonte très loin avec ses questions, tant et si bien qu’elle est prête à remercier l’inventeur de la dépanneuse et les fondateurs des Etats-Unis ! Trop de questions pour ce soir, au lit Sofia ! Après une nuit peuplée de rêves, un dessin attend Sofia... de la part de ses parents qui la remercient d’être là, tout simplement.

Cet album plein d’amour, où cette petite fille métisse s’interroge sur ses origines, est une véritable pépite de bienveillance et de tendresse. L’air de rien, c’est avec beaucoup de subtilité que certains préjugés sexistes et raciaux sont dénoncés. Un album qui fait du bien, à découvrir ! Thierry Lenain écrit un texte d’une grande force, comme il en a l’habitude. Stéphanie Marchal illustre avec beaucoup de fantaisie cette histoire, rappelant les dessins naïfs des enfants. Une série qui débute avec un prochain titre en janvier : vivement !

 — Conseillé par la Librairie Sorcière A Titre d'Aile à Lyon


Les grandes questions de Sofia1
Maman, papa, comment vous vous êtes rencontrés ?

Thierry Lenain
Illustrations de Stéphanie Marchal
éd. Père Castor

Je suis la Mort



Qui est la Mort et, surtout, comment est-elle? Effrayante, sinistre... Pas tant que cela. Dans cet album, elle se présente avec une infinie douceur et décrit son rôle avec des mots sincères. Sans elle, pas de nouveaux rêves, pas d'espace pour ce qui croît. Sa place aux côtés de la Vie est immuable, naturelle. Avec des mots choisis et traduits du suédois avec le plus grand soin, cet album prend le parti de la poésie pour rassurer et expliquer. L'illustration de Marine Schneider, délicate sans être naïve, adoucit les questions difficiles, comme celle de la disparition d'un enfant. Elisabeth Helland Larsen travaille depuis plus de vingt ans comme clown pour enfants dans les camps de réfugiés ou dans les hôpitaux. Ses textes sont d'une grande clarté et d'une humanité saisissante. Je suis la Mort appartient à un triptyque comprenant les titres Je suis la Vie et Je suis le Clown. À découvrir et à conseiller, pour longtemps. — Librairie Tire Lire


Je suis la Mort
Texte de Elisabeth Helland Larsen, Illustrations de Marine Schneider
Versant Sud

Bluebird



Elle s’appelle Juliette, elle a seize ans, a coupé les ponts avec ses parents et ne se rend plus au lycée. Officiellement, elle a contracté une maladie infectieuse. La vérité est ailleurs: Juliette est enceinte. Elle vient de le comprendre à quelques semaines à peine de l’accouchement. Comment aurait-elle pu le savoir, puisque son corps lui-même le lui a caché? Et maintenant, que faire? Garder le bébé, le confier, le donner en adoption? Dans une longue lettre adressée à l’enfant à naître, Juliette, que son jeune amoureux de passage avait appelée Bluebird, raconte ses peurs et ses rêves. Geneviève Damas livre un texte somptueux. Elle y aborde les manipulations dont est victime une adolescente dans les premiers jeux de l’amour, le déni de grossesse que le corps oppose à l’esprit et la difficulté d’être et de vivre auprès de parents qui ne se comprennent plus. Paru dans la collection blanche chez Gallimard, ce livre peut (ou devrait) être lu par les adolescents à partir de quinze/seize ans. Les jeunes filles comme les jeunes garçons! — Librairie L’Oiseau-lire


Bluebird
De Geneviève Damas
Gallimard

Et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle



Les éditions Monsieur Toussaint Laventure, dont la vocation est de sortir de l'oubli des textes remarquables de la littérature anglo-saxonne, accueille un roman audacieux et réjouissant. Deux enfants, Christie et Barnaby, débarquent pour l'été sur une île moribonde, habitée par des personnes âgées dont les fils ont presque tous péri à la guerre. Les gamins sont convaincus des intentions criminelles de l'oncle de Barnaby; il ne leur reste alors qu'une seule option, survivre, tuer plutôt que d'être tué. Bien que la mort soit la pierre angulaire du récit, jamais on ne sombre dans le morbide; au contraire, l'humour et la dérision sont de la partie. Les situations rocambolesques s'enchaînent, le ton est mordant et cette communauté d'iliens est vraiment attachante! Avis aux lecteurs.trices conquis par l'histoire de Matilda Vertdebois, ils devraient retrouver chez Rohan O'Grady ce qui leur plaît tant dans les romans de Roald Dahl. — Librairie Larcelet


Et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle
De Rohan O'Grady
Monsieur Toussaint Louverture

Le mystère de la basquette bleue



Tout commence par une simple basquette bleue (et oui, basket peut aussi s’écrire basquette!) au beau milieu de la rue abandonnée par son propriétaire. Il n’en faut pas plus à Adèle, Hortense, Paul, Camille et Hugo pour vouloir à tout prix percer ce mystère. Ils vont alors, à tour de rôle, donner leur soupçon avec parfois des idées assez farfelues. Un dinosaure qui a mangé le propriétaire en question ou une maladie rare, et pourquoi pas? Tout le monde a envie de percer ce fameux mystère, parents comme enfants, chacun y va de son avis. Cette histoire mystérieuse est accompagnée d’illustrations originales et pleines d’humour De plus, la fin de l’album est inattendue, André Bouchard nous offre une surprise interactive et drôle pour terminer l’histoire en beauté. Il nous offre une histoire qui amuse petits et grands. Cet album nous rappelle combien l’imagination de nos enfants est formidable mais il donne aussi libre cours à l’imagination des lecteurs plus âgés. Eux aussi peuvent imaginer des situations loufoques! Alors à votre avis qui a raison? Pour savoir comment cette fameuse basquette bleue a atterri à cet endroit précis il faudra ouvrir cet album et le lire jusqu’à la dernière page! — Librairie Le Neuf


Le mystère de la basquette bleue
André Bouchard
Seuil jeunesse