vendredi 14 septembre 2012

Charlotte Bousquet


Citoyenne et auteure engagée, Charlotte Bousquet ne ménage pas sa plume pour dénoncer l’injustice ou, tout simplement, l’indifférence. Philosophe de formation, elle est passionnée par l’histoire, la mythologie, les contes et le fantastique. Elle exerce ses talents d’écrivaine dans plusieurs genres, des romans de fantasy/fantastique aux polars historiques, en passant par les nouvelles et la création de jeux de rôles. (par Silvia Galli, librairie Le Chat Pitre, Paris)
Les  romans de Charlotte Bousquet ont tous un point commun: ils ont pour protagonistes principales des jeunes filles. Elles sont des personnages déterminés, à la fois conscientes du contexte où elles évoluent et capables de ruptures avec celui-ci, de résistances, de révoltes. Des héroïnes qui interrogent la place des femmes dans l’histoire, mais aussi leur représentation dans les livres jeunesse. Cela est perceptible dès son premier roman jeunesse, Zaïna et le fils du vent (éd. Yomad), qui raconte l’histoire d’une jeune bergère berbère dans les montagnes du Moyen Atlas et de son amitié avec un étalon sauvage, apparemment indomptable.

Il suffit, pour s’en convaincre, de lire aussi les trois romans publiés dans la collection Courants Noirs chez Gulf Stream Éditeur. Dans Princesse des os la jeune patricienne Lucretia et sa fidèle esclave Dîn bravent l’ordre familial et social, ainsi que d’affreux dangers, pour élucider une affaire de rapt de jeunes enfants dans la Rome antique. Dans Noire Lagune, à Venise, durant la Renaissance, le personnage de la fougueuse Flora refuse de se plier autant au rôle de femme soumise à un époux qu’à celui de courtisane que lui a appris sa protectrice, Véronica Franco, femme de lettres et d’esprit mais qui ne peut sauvegarder son indépendance qu’au prix d’une condition décriée par la morale et par la société. Quant à Jana, l’héroïne de Venenum, dernier ouvrage paru de Charlotte Bousquet, elle n’hésite pas à endosser une identité masculine pour élucider les véritables causes de la mort de son parrain, le philosophe René Descartes, au cœur d’un complot qui la mènera au plus noir de la Fronde.
Lire la suite dans le n°62 de Citrouille, disponible dans les Librairies Sorcières (coordonnées ici)