lundi 17 mars 2014

Picot et compagnie: la tribu de la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne présentée par la librairie A Titre d'aile de Lyon


J’ai téléphoné à Gérard Picot, le commissaire de la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne (dont il est le créateur): «Je vais écrire un petit portrait de toi dans le prochain Citrouille… Il faudrait que l’on puisse se voir de bonne heure, avant l’ouverture de la librairie, vers 8h30… Donne moi rendez-vous dans un endroit où tu aimes te retrouver…» Gérard: «À 8h30, l’endroit où j’aime être, c’est chez moi !» Mon invité m’invitait donc chez lui…(par Carole Ohana, librairie À Titre d’Aile, Lyon - article paru dans Citrouille en 2012. Le programme de la 15e Fête du Livre Jeunesse 2014 - 12 et 13 avril, «Soyons fous!» se trouve ici)


En montant les quatre étages, j’avais ruminé ma première phrase, j’aurais par conséquent dû commencer comme cela : «Alors Gérard, tu fais bien un drôle de commissaire depuis treize ans! Comment ça a commencé cette histoire?». Eh bien, chers lecteurs, oubliez cette question d’approche, car passée la porte de ce très grand appartement, j’ai été incapable de prononcer une phrase plus  construite que «oh!», «ah!», «incroyable!»… Et  encore moins une question intelligible. Je regardais, tout autour de moi, les murs, les étagères bondées de livres, les vitrines remplies… Chaque objet était prêt à raconter la relation qu’il entretenait avec celui ou celle qui l’avait porté,  à qui il avait appartenu,  les collections de valises se retenaient d’exploser en un feu d’artifices d’histoires, la collection de sacs à main rougissait  à l’idée que l’on  pouvait se faire de leur contenu1, et puis les épingles à chapeaux, et les «précieux» rangés dans de larges et minces tiroirs…



Des expositions oui, beaucoup d’expositions, voilà par quoi a commencé ce rendez-vous avec Gérard et sa femme Geneviève, ou avec Geneviève et son mari Gérard, peu importe puisque, en un tout, ils ont formé  et forment depuis plus de trente-sept ans Picot et compagnie. Des objets, des expositions donc, mais pas seulement, car ce qui intéresse nos deux inséparables, c’est l’histoire du liencelui entre l’objet et l’individu, c’est l’analyse sociologique, celle qui permet de parvenir à «comprendre les rapports qui unissent les individus aux objets». Pour cela ils sont tour à tour artistes, chercheurs, intellectuels… Gérard ne plaisante qu’à peine lorsqu’il parle de Geneviève, qui a fait l’École nationale supérieure des beaux-arts,  comme la «matière vive et la matière grise» de leur binôme; elle est son socle, un des piliers de la connaissance de Picot et compagnie!

Picot et compagnie, c’est avant tout le «besoin de se nourrir», l’envie de partager, d’échanger, d’aller sur les lieux, de se réjouir. En 1978, Gérard et Geneviève ouvrent un premier restaurant à Lyon. Un tout petit local où l’on aime à se retrouver, avec plein de gens qui se connaissent, un coin littérature où l’on dispose du dernier Grasset Jeunesse, Sourire qui Mord, Harlin Quist ou François Ruy-Vidal… On pourrait dire un «resto littéraire»; «une galère  économique », ajoutera aussi Gérard.
C’est alors que commence la recherche des ours en peluche… Pour une expo de «l’ours dans tous ses états», qui va intéresser les critiques et faire pleuvoir les articles… En 1984, au Centre Culturel d’Oyonnax, c’est un véritable raz de marée, 1/3 des habitants la visitent... C’est ensuite à la Bibliothèque Municipale de Lyon que l’on réserve une place d’honneur aux ours. L’album qui va s’en suivre, sort au Chêne2 … Une fois encore, il ne s’agit pas seulement d’un historique de l’ours  en peluche mais bien d’une analyse sociologique, s’attachant à la relation «transitionnelle» de l’enfant, de l’adolescent avec cet objet. Geneviève ira encore plus loin dans la troisième partie de l’ouvrage, et abordera la transformation de l’ours en peluche en objet «d’art brut» par l’enfant.
Sans l’ours, il n’y aurait pas eu de Fête du livre, affirme Gérard, car c’est à cette époque et suite aux ours que se créent les premiers contacts… Du côté de Villeurbanne, on passera commande: «Pouvez-vous nous faire la même chose avec les vélos?» – passage du Tour de France en 91 oblige!!! Oui. Pas de problème. Expo sur les vélos, donc (et un livre, aussi 3)…  Une expo qui se déplacera à Moulins deux ans plus tard, en 93. Et voilà une «assise de légitimité» dans cette ville qui verra, en 1994, Picot et compagnie organiser une fête du livre, adulte et jeunesse, suivie de neuf autres éditions...

La relation à l’objet, les questions et l’évolution de la place de l’enfant dans la société, le parcours de Geneviève, auront été les moteurs de ce cheminement vers la littérature générale, puis la littérature de jeunesse. Geneviève et Gérard évoquent avec beaucoup de sensibilité et de tendresse les deux albums qui ont eux aussi très largement concouru à cette passion pour la littérature de jeunesse. C’est Alice au pays des merveilles, de Nicole Claveloux, aux éditions Grasset Jeunesse en 1974, pour Geneviève. Quant à Gérard,  il m’ouvre sur la petite table de cuisine, cet album aux allures dissidentes pour l’époque, Le Géranium sur la fenêtre vient de mourir, mais toi… oui, toi…  toi qui vois tout, toi qui peux tout, tu n’en as rien su, titre original d’un livre émouvant, traitant de l’incompréhension de l’élève et du maître (éditions Harlin Quist): «Quand ma mère vient te voir, je suis ta "petite princesse". Quand tu parles avec le directeur, tu plaisantes et tu ris. Quand tu nous parles, tu as l'air d'aboyer. Pourquoi?»…
La première Fête du livre jeunesse de Villeurbanne éclatera, elle, en l’an 2000… Elle fera partie des vingt-quatre salons en France qui adoptent une charte commune au sein de la Fédération des salons du livre jeunesse: «Les Salons et Fêtes du livre jeunesse sont des acteurs à part entière de la chaîne du livre: événements fédérateurs, lieux de rencontre et de découverte par excellence, espaces vivants en constant mouvement permettant de faire vivre le livre et de le mettre à la portée de tous, témoins immédiats de la création artistique de leur temps; ils participent pleinement à la promotion de la lecture auprès de tous les publics» (en  lire davantage sur le site de la Fédération).
Si la charte est commune, les structures organisatrices des salons restent indépendantes et chaque manifestation défend  ses singularités. À Villeurbanne, Picot et compagnie «met un point d’honneur à l’engagement, il s’agit d’un salon politique, porteurs de thèmes de hautes luttes». On y élabore un travail de fond, on s’appuie sur le fort réseau de lectures publiques de la ville, avec la MLIS, Maison du Livre, de l’Image et du Son,  le Rize, centre de la mémoire à Villeurbanne, la médiathèque du Tonkin, et le prêt aux collectivités. Ici et là, des rencontres, des débats, des expositions…


Il faut être fou pour écrire par terre et sur les murs.
Fou pour bloquer la circulation.
Fou pour porter du noir et un parapluie en plein soleil. Fou pour faire paître des animaux de trois mètres et faire jouer des musiciens sur les toits.
Fou pour obéir aux instructions d'un chapelier. Fou pour créer un chef-d’œuvre avec 300 artistes. Il faut être fou pour croire simplement au partage, à la complicité, à la simplicité des pages tournées ensemble. Fou pour mélanger enfants et adultes, pinceaux et albums, pages et écrans, auteurs et lecteurs. Fou pour inclure au lieu d'exclure, pour offrir au lieu de vendre, pour donner au lieu de prendre. Il faut être fou pour rassembler toute une ville.
Fou pour modeler, pétrir, peindre, rire, parler, lire, écouter, échanger sans s'arrêter pendant quelques jours, fou pour tout suspendre, pour prendre le temps, fou de prendre le temps d'être fou. Il faut être fou pour écrire ensemble, dessiner ensemble et surtout lire ensemble depuis 15 ans.
Cette année, une quinzième fois, soyons fous.



Gérard Picot,Directeur artistique de la Fête du livre jeunesse de Villeurbanne
 Cette fête mobilise toute l’année deux personnes à temps plein, deux personnes à mi-temps, deux stagiaires et de nombreuses bibliothécaires. Si sa fréquentation est très élevée (20 000 visiteurs) on peut ajouter qu’au fil des années, elle est devenue de plus en plus «participative». En effet, là où l’on peut encore voir certaines fêtes avec des gens assis sur des bancs, celle-là a réussi à établir un véritable contact avec «la foule». Oui, «on la veut participative»: aires de jeux de sociétés, brigades d’interventions orales au contact des visiteurs, organisation de veillées pyjamas, théâtre de rue, lectures à voix hautes par les enfants de leurs livres préférés, interventions extérieures des auteurs et illustrateurs au sein des écoles, des prisons (intervention rémunérées)… Le temps y est suspendu, comme ces innombrables kakemonos où les futurs talents reproduisent les illustrateurs d’aujourd’hui.

Picot et compagnie peut aujourd’hui se féliciter d’avoir atteint un objectif visé par nous tous, acteurs du livre: réussir à toucher des gens qui ne sont pas des habitués du livre. La DRAC (Direction régional des affaires culturelles) et l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation) ont rendu publique une analyse des manifestations littéraires autour du livre en Rhône-Alpes4 qui révèle, dans un rapport de plus de deux cents pages (dont dix dédiées à la fête du livre jeunesse de Villeurbanne), que 25% des personnes présentent à cette fête ne mettent jamais les pieds en bibliothèques et en librairies... Cette analyse révèle également un aspect «territorial», à savoir qu’en terme de Salons du Livre Jeunesse, une majorité de visiteurs de la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne ne fréquentent que la Fête du Livre Jeunesse de Villeurbanne... Enfin, pour les personnes interrogées, il semblerait que l’idée de «transmission» soit une des raisons principales de cette fréquentation: on y vient pour faciliter une transmission de ce que l’on ne peut pas toujours transmettre soi-même, le goût de la lecture.
Si je peux me permettre un avis personnel (puisque c’est moi qui les ai rencontrés!) j’ajouterais ceci: il y a un vrai point de départ à la réussite de cette histoire, de ce salon, et ce point de départ, c’est cette petite tribu, constante, solide, enthousiaste parce qu’animée d’une passion profonde… La rencontrer lors de ce rendez-vous fut inattendue pour moi, et cette rencontre aura certainement ranimée les convictions qui arrivent parfois à s’étouffer dans un contexte politique difficile. On pourrait décider de continuer à en parler longtemps. Ou bien venir «vivre» cette fête, et y rencontrer ses ambassadeurs.

Carole Ohana, librairie À Titre d’Aile, Lyon



1 Le Sac à main, histoire amusée et passionnée. Geneviève Picot, Du May. 1993. (Prix BeauLivre 1994).
2 L'Ours dans tous ses états. Geneviève et Gérard Picot, Le Chêne. 1987 – Teddy.. Ein Bar erobert die welt. Heyne. 1988 – Teddy Bears. Weidenfeld & Nicolson, 1988 – Bears. Harmony Books. Crown Publishers. 1988
3 Un petit vélo dans la tête. Geneviève et Gérard Picot, De Monza. 1991
 4 Etude des publics des manifestations littéraires de Rhône-Alpes réalisée en 2009-2010 par Joëlle Le Marec et des membres de l'équipe de recherche de l'ENS (Centre Norbert Elias). Téléchargeable sur le site http://www.arald.org/


Tags