mardi 20 mai 2014

L'été de Garmann - lu par la librairie Pages d'Encre d'Amiens

in Le Secret de Garmann
«C’est la fin de l’été, les trois vieilles tantes arrivent comme chaque année avec leur arthrose et leur gâteau meringué. Demain Garmann va entrer au CP. Il a peur. Mais il fait cette découverte incroyable : les adultes aussi ont peur ! » Cet album extraordinaire aborde avec poésie, humour et tendresse, quelques grandes questions de la vie. J’ai eu ce livre dans les mains, il y a quelques jours, et au premier regard il m’a franchement déroutée … Les illustrations inhabituelles m’ont d’abord presque dérangée… Mais l’impact était suffisamment fort pour que je plonge dans cette histoire. Et quelle plongée !!!

Je suis rentrée comme dans un gant dans le récit de Garmann ! J’ai retrouvé ces petites peurs de l’enfance qui font qu’on a des «petits papillons noirs dans le ventre» à la veille d’un jour important. J’ai adoré ces trois vieilles tantes tellement belles avec leur rides et leurs sourires d’enfant ! Je me suis retrouvée dans la maman qui porte sa belle robe rouge d’été. J’ai compris le papa qui ne peut pas toujours être là quand il le voudrait.

Extrait : « Tante Iseline a de nombreuses rides et de longs poils blancs sur le menton. Garmann se dit que les rides ressemblent aux cernes des troncs d’arbres. Du bout de l’index, il suit sur la peau blanche et fine de tante Iseline une veine qui lui court le long du dos de la main. Les aveugles lisent avec les doigts, songe Garmann. Il ferme les yeux. La peau lui fait l’effet d’une feuille de papier très fin. Tante Iseline se réveille en sursaut et remet son dentier en place. « Tu as été enfant, un jour ? » lui demande Garmann. Elle réfléchit longuement. Une libellule suspend son vol. Tante Iseline sourit. Elle dit : « Oui, il y a cent cinquante ans … » Puis elle pouffe et son rire secoue sa poitrine. »

Cet album a besoin de temps pour apprivoiser son lecteur, mais finalement on aime très vite cet univers hors du commun. Et puis, j’y pense, à cet album, depuis la première fois que je l’ai vu… Il tourne dans ma tête… Ses mots, ses images… Ils sont bien là. Et, sans que j’en prenne vraiment conscience, Garmann et sa famille se sont logés dans mon cœur… Tout doucement, durablement, avec beaucoup, beaucoup d’amour !

Car c’est avant tout de cela qu’il s’agit : d’un amour immense et simple dans une jolie famille, en ces derniers jours de l’été, avant que le temps reprenne sa course folle… Oui, cet album est effectivement déroutant de par ses illustrations … C’est vrai, il faut se laisser apprivoiser… Mais très vite, quand on plonge dans ce merveilleux texte, on se laisse emporter avec joie dans l’été de Garmann ! Cet été devient le nôtre, au milieu du chant des grillons que l’on peut presque entendre. Je me souviens tout à coup de ces fins d’été alanguies, à quelques jours de la rentrée… De ces peurs d’enfant à l’approche du jour J, parce que le CP, c’est pas rien ! Et puis aussi les petites peurs des adultes… des parents, de ces trois drôles de tantes, qui au final ne font pas peur du tout et sont pleines de drôlerie et de sagesse. Il y a tellement d’amour dans cette famille, tellement de douceur !

Cet album est pour moi un coup de cœur majeur ! Je crois que L’Été de Garmann est un livre qui restera, même s’il doit faire son trou moins facilement que d’autres… Parce qu’il y a une véritable profondeur dans cet album, qui touche à ce petit quelque chose difficile à nommer mais qui s’ancre dans nos cœurs, nos souvenirs d’enfance, nos petites interrogations existentielles…Et ce n’est pas un livre lourd, pesant, intellectuel ou métaphysique mais tout de même… avec comme un petit supplément d’âme !

Je l’ai lu à mon fils de presque cinq ans. À sa demande, puisqu’il tournait autour depuis un moment, ayant laissé l’album posé sur la table du salon, l’air de rien. Pour voir… Il a ADORÉ ! Et non, les illustrations ne lui ont posé aucun problème ! Contrairement à nous, les enfants n’ont pas d’a priori graphiques… Du moins pas encore. Il a adoré les vieilles tantes, voir leur peau tannée, ridée et douce. Il a adoré ce dentier improbable, matière à questionnements… Plus encore, il a adoré la radiographie du squelette (comment pourrait-on voir les papillons dans le ventre, sinon ?), parce que les enfants aiment voir ce qui se passe « dedans » ! Pour nous, le squelette représente la mort ; pour les enfants, c’est juste le « dedans » de nous ! Ce qui fait que nous ne sommes pas tous plissés-raplapla au pied de nos chaussettes ! Un squelette nous fait tenir droits, tout simplement !

TOUT est dans cet album ! Il est drôle, original, profond, mélancolique, rempli de questionnements et surtout d’amour !

On y retrouve pêle-mêle : l’enfance, l’amour, la peur, la transmission, la culpabilité de ne pas être assez présent pour ses enfants, l’inquiétude de les laisser grandir, les aspirations personnelles de ce qui nous fait être, la douceur de l’été, le temps de vivre, la mort, le temps qui passe, tout ce qui peut lier les générations, ce qui diffère entre elles, les fleurs, les bonnets tricotés qui grattent, les dents de lait, la peur d’être moins bon, la complicité entre une mère et son fils, comment préparer nos enfants à grandir, etc.

Vous l’aurez compris, il y a tellement de choses qui me parlent dans L’Été de Garmann que je dois me faire violence pour m’arrêter là !… Une chose est sûre : cet album s’apprivoise, certes… Mais ensuite c’est tout un monde qui s’offre !!!

Soizic Bihel, librairie Pages d'Encre d'Amiens (2008)


Lire également ici la présentation du Secret de Garmann

Lire ici l'interview de Stian Hole

Lire ici l'annonce de la présence de Stian Hole sur le stand de la librairie Nemo de Montpellier




L'été de Garmann
Stian Hole
Traduction Jean-Baptiste Coursaud
Albin Michel  Jeunesse