lundi 23 juin 2014

La meilleure façon de partager le bonheur de lire est de faire la lecture aux élèves (Yves Nadon)

En attendant le dossier de notre prochain numéro de Citrouille consacré aux Premières lectures (dans les Librairies Sorcières le 26 août), voici l'introduction du chapitre 2  de Lire et écrire en première année et tout le reste de sa vie, un ouvrage d'Yves Nadon (enseignant au CP, auteur jeunesse et directeur littéraire aux éditions québécoises Les 400 coups), publié aux éditions Chenelière.


La baignoire pour bains de lectures
dans la classe d'Yves Nadon

«La meilleure façon de partager le bonheur de lire est de faire la lecture aux élèves. Non pas comme récompense à la fin de la semaine, mais bien comme rituel régulier de la classe. Cela exige que nous, enseignants de la lecture, soyons des lecteurs qui éprouvent du bonheur à lire.

Un rituel crée des attentes et donne de l'importance à l'acte. Avant de dormir, le rituel bain-lecture-dodo aide l'enfant à se calmer, à se préparer à ce qui viendra et à laisser derrière lui la journée. Ce rituel quotidien (le mien dure environ 20 minutes par jour) apporte à l'enfant un élément de sécurité dans sa vie familiale.

Lire aux élèves comporte un rituel comme toute la vie en classe. En lisant, nous partageons le bonheur de lire, les bons auteurs, les bons textes, les belles phrases. En lisant aux élèves, nous créons une communauté culturelle qui aime les mêmes textes, qui en discute, qui y puise et qui s'en nourrit.

Ces lectures, naturellement, varient d'une classe à l'autre, d'un enseignant à l'autre. L'un préfère Dahl et Rowling, l'autre Moka et Ross, un autre Jolin et Innocenti. L'un préfère les livres tendres, l'autre l'histoire, un troisième l'humour. Tant mieux pour les élèves : que peut-on leur souhaiter de mieux que de connaître, par la voix de mordus, des textes variés, des auteurs contemporains, des classiques ou des genres différents ?

C'est simple et efficace. Je ne connais aucun enseignant qui ait commencé à lire et qui ait cessé de le faire. Il faut voir les élèves devenir exigeants, nous rappelant que le rituel doit se produire. Mes élèves empruntent les livres lus, relisent les sélections et s'aventurent dans des lectures inédites. «Encore, encore», disent-ils. Les élèves reconnaissent notre compétence et font confiance à nos choix ; cela nous permet d'explorer d'autres livres et de pousser l'audace de nos lecteurs.

Il existe trois sortes de livres : ceux que nous aimons, ceux que les élèves et nous aimons, et ceux que les élèves aiment. Nous devons parfois être le pont qui relie deux rives. Mes élèves ont besoin que je leur ouvre de nouveaux horizons, que je leur fasse connaître de nouveaux endroits, que je les aide à explorer ces livres inconnus et non publicisés. Lire à haute voix est un des piliers de ce pont. Soyons solides, soyons forts, soyons invitants.

Si un enfant se fait lire des histoires très tôt dans sa vie, la lecture devient vite indispensable. Si un enfant arrive à l'école sans ce goût pour la lecture, il faudra bien le lui inculquer. Lire à haute voix nourrit tous les lecteurs, quels que soient leur niveau et leurs antécédents.

Notion simple et complexe à la fois de savoir choisir les livres, de les connaître, de savoir pourquoi on les lit, de les lire de façon vivante, de choisir les textes en fonction du groupe et d'intégrer parfois ces lectures dans un champ d'exploration plus vaste. Seuls ceux qui aiment lire s'en tirent bien. Ici, il n'y a pas de place à l'improvisation ou à une lecture machinale et indifférente. Je ne pourrais imposer la lecture à haute voix à une enseignante, ni l'imposer dans le programme : la lecture est une décision professionnelle, faite par un lecteur assidu (voir annexe D1 pour des suggestions de livres). La prescrire lui enlève ses qualités de partage et d'amour de la langue.

J'écoutais dernièrement la lecture du quatrième Harry Potter en anglais. Jim Dale, comédien, lisait avec brio. Une vraie leçon de lecture à haute voix. Je me disais, dans la voiture, qu'aucun élève ne résisterait à cette lecture. Du grand art. Je me suis promis que moi aussi, je tenterais d'offrir une lecture aussi vraie et aussi intéressante. Quand je lirai, je serai captivant !

Il est normal que les élèves interrompent et posent des questions. Certains se questionnent sur des mots, d'autres sur des dénouements, quelques-uns veulent réagir. Si je veux que mes lecteurs, une fois grands, puissent discuter de livres, je dois le leur permettre ici. Sans cacophonie, avec discipline, oui, mais toujours dans le but de discuter. Comment un élève de 6e année pourra-t-il le faire s'il n'en a jamais eu la chance avant ? À ma façon, je les prépare à une discussion plus mature, sans les infantiliser. Ils discutent à leur niveau, que j'essaie d'élever par mes interventions et mes questions. Les discussions les préparent aussi pour le journal de lecture et les cercles littéraires de leur future vie scolaire :

«Certes, la voix du professeur a aidé à cette réconciliation : en nous épargnant l'effort du décryptage, en dessinant clairement les situations, en plantant les décors, en incarnant les personnages, en soulignant les thèmes, en accentuant les nuances, en faisant, le plus nettement possible son travail de révélateur photographique.» (Pennac, page 119)

Je demande aussi aux parents de discuter des lectures avec leurs enfants. Pour être certain qu'ils le font, j'institue ce rituel à l'aide d'un cahier fabriqué chaque année. C'est un devoir ! Ils doivent lire à leur enfant tous les soirs et discuter à la fin de la semaine du meilleur livre. Et dans la plupart des cas, ça fonctionne. Je dois naturellement rappeler à l'ordre certains parents, leur téléphoner, leur demander ce qui se passe. Des parents ont besoin d'aide, pour d'autres, peine perdue. Mais cela m'éclaire sur la famille et sur ce dont cet enfant aura besoin (voir les annexes B-1 et B-2 pour des exemples de feuilles destinées à la lecture à la maison). Et vous savez quoi ? Certains parents découvrent, avec leur enfant, le bonheur de lire, et d'autres, la grande variété de la littérature jeunesse."

Extrait de :


Lire et écrire, en première année et tout le reste de sa vie
Yves Nadon
Editions Chenelière