vendredi 27 juin 2014

Signé : MG (Manon Gauthier)


Ils ont de petits yeux, les joues bien rouges et une tendresse palpable. Qu’ils prennent vie au cœur d’un doux récit ou à l’intérieur d’une histoire plus sombre, dans le ventre d’une mère, dans la forêt tropicale ou chez le dentiste, chacun de ces personnages nous donne envie de s’arrêter un peu, le temps de les écouter. Et tous, sont signés : Manon Gauthier (son blogue).


Les dernières années, au Québec, ont vu apparaître des illustratrices et illustrateurs de grands talents qui développent leur art à partir d’une démarche artistique. Manon Gauthier fait partie de ces artistes accomplis. Née sur la Rive-sud de Montréal, elle débute en 1976 des études en graphisme et exerce ce métier pendant une vingtaine d’années. C’est en 2006 qu’elle illustre son premier album jeunesse Ma maman du photomaton dont le très beau texte traitant du deuil est signé par Yves Nadon. Ce premier album lui apporte déjà une reconnaissance en décrochant le prix de l’illustration jeunesse (relève) du Salon du livre de Trois-Rivières, en plus d’être finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général de 2007 (Illustration). Dès lors, sa vie sera consacrée à l’illustration jeunesse.


Sa démarche l’a amenée à développer un style reconnaissable entre tous, sans jamais se répéter. Un style métissé de crayons de couleur, de gouache, de fusain, de pastels gras et de collages. D’ailleurs, ses illustrations débutent souvent par un simple morceau de papier recyclé (elle en a des tiroirs pleins). Une forme l’interpelle, l’inspire et le dessin commence à prendre vie. Dans l’univers de Manon Gauthier, rien n’est formaté, les lignes vibrent et se permettent des libertés. Elle façonne chacune des ses illustrations un peu à la manière d’un sculpteur ; elle y revient plusieurs fois. Il suffit de se plonger dans les albums Barbouillette et Ma maman du photomaton pour sentir l’image bouger,  apercevoir les traits de crayon répétés et ceux qui dépassent un peu des formes sans aucune timidité. Elle aime aussi que les zones de noir et blanc (qui se traduisent plutôt en une variation de tons) et les zones de couleur se côtoient. Par exemple dans Croque (un texte de Thomas Fersen mis en images) et La Carie (qui parle moins de dentiste que de sans-abris et de partage) le noir et le gris laissent une place judicieuse à la couleur qui se dépose là où l’histoire l’attend.  


On sent aussi que l’artiste s’approprie les histoires qui lui sont proposées toujours avec un grand respect et en modulant ses créations en fonction du récit. Les univers de Coucou bébé! et de Giroflée Pois-Cassé sont très différents l’un de l’autre. Le premier raconte l’histoire d’un bébé bien au chaud dans le ventre de sa mère et qui ne veut plus en sortir. À partir de là, l’illustratrice choisi de découper les images de façon à ce que le ventre de la maman prenne tellement de place sur la page, que parfois même les têtes des personnages n'y sont plus visibles. Le bébé prend toute la place dans l’image comme il prend toute la place dans le ventre de sa mère. Le choix épuré des couleurs apporte de plus une grande douceur à cet album. Giroflée Pois-Cassé pour sa part, nous emmène au  fond de la forêt tropical sur les traces d’une drôle et attachante aventurière. Ici, la forêt est éblouissante de couleurs et les allures rétro du personnage avec ses lunettes et sa robe à pois apportent une touche d’humour très appropriée. L’univers graphique est différent, mais le coup de crayon reste indéniablement signé : Manon Gauthier.


L’été 2012 marque un moment important dans le parcours de cette illustratrice. Sa curiosité et sa passion l’ont amené jusqu’en Italie où elle a suivit une formation à la Mostra Internazionale d’illustrazione per l’infanzia à Sàrmede. Elle participe alors aux  ateliers de Chiara Carrer et Linda Wolfsgruber deux artistes significatives pour elle.
Manon Gauthier est maintenant une figure importante du milieu littéraire jeunesse québécois, une créatrice en constante évolution qui nous réserve encore de bien belles surprises.






Ma maman du photomaton, Yves Nadon, ill. Manon Gauthier, Les 400 coups,


Pétronille Vol.1. Barbouillette!, Michèle Marineau, ill. Manon Gauthier, Québec Amérique,


Croque, Thomas Fersen, ill. Manon Gauthier, Les 400 coups,


La carie, Avi Slodovnick, ill. Manon Gauthier, Les 400 coups


Coucou bébé!, Jacques Pasquet, ill. Manon Gauthier, Isatis

Giroflée Pois-Cassé, Marie-Danielle Croteau, ill. Manon Gauthier