jeudi 28 août 2014

La voix de la meute - lu par la librairie La Boîte à Histoires de Marseille

Des histoires de morsures, de twilight et de transformations en loups-garous, rien de mieux pour me faire partir en courant. Mais il s’agit ici d’un roman de Gaia Guasti, édité qui plus est aux éditions Thierry Magnier, autant dire peu de risques de tomber sur de la bit-lit de seconde zone. Alors j’ai plongé et j’ai adoré…
Le temps a passé, l’enfance s’est éloignée mais Mila, Tristan et Ludovic se retrouvent tous les ans le 15 novembre à la Résurgence des Loups, petit lac glacial, pour fêter ensemble leurs anniversaires. Tous les trois n’ont plus grand chose en commun, mais ce rendez-vous tacite aucun d’eux ne le raterait.

Leur destin va basculer ce jour-là lorsque les trois jeunes gens se font attaquer par une meute de chiens sauvages. A leur réveil, tout a changé et les jeunes gens se trouvent intimement liés par un destin commun.

Suite à leur morsure, il suffit qu’une émotion forte les étreigne pour que les trois adolescents se métamorphosent en chiens-loups, en bêtes sauvages. Une voix intérieure semble guider cette métamorphose qui aiguise tous leurs sens, les obligeant à se dévêtir tandis que leur nature animale prend le dessus: « Un frisson parcourt l’échine de Mila. Elle se plie. Les griffes à terre. Retrouve ses réflexes dans son nouveau corps, rapide, puissant. Ses pattes fendent la garrigue, ses yeux sombres ne quittent pas sa proie (…) Mila se laisse mener. Elle a faim. Elle en salive. Sa double conscience perce par bribes dans l’excitation de la chasse. Elle est dans la connaissance de son corps, de ses deux natures qui cohabitent, l’une obnubilée par la poursuite, l’autre observant, stupéfaite, sa nouvelle force. »

Très différents dans leur caractère et leur parcours de vie, les trois adolescents appréhendent diversement la malédiction qui les frappe…

Cette métamorphose semble révéler ce qu’il y a de plus intime dans leur être et met à jour leur nature profonde, muselée jusque là par une vie très policée.

Ces incursions intempestives dans la vie sauvage bouleversent profondément le quotidien des trois ados, d’autant qu’ils comprennent peu à peu que ces capacités de métamorphose leur ont été transmises….

Tout à la fois récit initiatique et roman fantastique, ce bouquin se démarque réellement du genre par la densité de ses personnages et la qualité de son écriture. La plume de Gaia Guasti se fait vibrante et très animale lorsqu’il s’agit de décrire la vie sauvage.

Les personnages secondaires sont eux aussi saisis avec beaucoup de vérité et la nature, inquiétante et attirante à la fois, y est décrite avec une vraie sensualité (voire plus; il y a quelque chose de sexuel qui court en filigrane tout au long du récit, quelque chose d’impalpable qui évoque assez crument le passage de l’enfance à l’âge adulte. C’est très bien rendu).

Bref, c’est très chouette, vraiment bien écrit et on a qu’une envie en fermant le bouquin c’est savoir ce que vont devenir ces trois ados, puisque deux tomes sont à suivre !

Je m’étais marrée avec Gaia Gusti en lisant La Tête dans les choux (remember !) et je découvre ici une autre facette de son talent : wahou !

Foncez, c’est à lire et à cogiter à partir de 14-15 ans.

Véro, librairie La Boîte à Histoires, à Marseille
La voix de la meute - 1 / Les remplaçants - Texte de Gaia Guasti - Editions Thierry Magnier