vendredi 21 novembre 2014

Un album qui donne au lecteur la très agréable conviction de sa propre intelligence : Le chevalier de ventre-à-terre - lu par la librairie Croquelinottes


Acrobate de l’humour, grand génie du jeu texte- image, Gilles Bachelet est un incontournable auteur-illustrateur, et Mon chat le plus bête du monde (2004), Madame le lapin blanc (2011), pour ne citer qu’eux, sont des trésors d’albums.

On retrouve dans son dernier ouvrage son dessin minutieux et son humour subtil. Le chevalier de ventre-à-terre regorge de raisons pour le lecteur d’en savourer chaque page. Gilles Bachelet y revisite la figure du chevalier… en lui donnant ici les traits d’un escargot qui part à la bataille - bataille qui n’aura pas lieu, tout prétexte étant bon chez l’escargot pour procrastiner.

La dichotomie entre le texte laconique et l’image archi-bavarde, dont Gilles Bachelet a le secret, fonctionne comme un appel au lecteur.

Par ce procédé, par les citations iconographiques également (un petit chaperon par-ci, trois brigands par-là) l’auteur-illustrateur donne au lecteur la très agréable conviction de sa propre intelligence ! Et pour cela, eh bien, on remercie Gilles Bachelet!

ClaireD, librairie Croquelinottes à Saint-Étienne

Le Chevalier de ventre-à-terre - Gilles Bachelet - Éd. Seuil Jeunesse - Date de parution : novembre 2014


Archive 2008


Il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées  - Si vous lisez attentivement les contes classiques et folkloriques, vous rencontrerez loups, sorcières, enfants et marâtres mais vous arriverez au même constat que l’auteur de cet album hilarant: il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées. Vous êtes-vous demandé pourquoi?

À travers dix-sept tableaux mettant en scène cet étrange volatile dans différents contes de notre patrimoine, Gilles Bachelet nous donne quelques éléments de réponse.

Ainsi, devant la représentation de l’animal en Autruche au bois dormant, le lecteur comprend rapidement qu’elle n’est pas à sa place car elle «ronfle et a les pieds qui dépassent du lit». Il est évident qu’elle ne pourrait pas non plus tenir le rôle du petit chaperon rouge car elle «est assez ridicule quand on l’habille avec autre chose que des plumes d’autruches».

L’auteur, ce prédateur du singe, du chat, de l’éléphant et du champignon, fait preuve d’une logique implacable: il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées car elle n’y est pas à son aise. Il profite de cette démonstration pour nous offrir un grand moment d’hilarité, grâce à ces portraits férocement drôles du plus grand oiseau du monde, et pour nous inviter à jouer à deviner dans quel conte est encore allée se promener sa nouvelle proie.

Une question se pose lorsque l’on ferme ce livre: quel sera le prochain animal à passer entre les griffes de Gilles Bachelet?

Caroline Hayot, Librairie Larcelet à Saint-Dizier
Il n’y a pas d’autruches dans les contes de fées - Gilles Bachelet - Seuil jeunesse - Date de parution: octobre 2008