lundi 21 mars 2016

Les 5 Albums nominés pour les Prix Sorcières 2016


Et le lauréat est… à découvrir ici !


La Forêt invisible - J. Woignier - Éd. MeMo - 13,50€

Un groupe d'explorateurs lourdement armés, en expédition au cœur d'une étrange forêt, voit surgir des monstres bigarrés. La bataille s'engage entre chasseurs belliqueux et monstres silencieux. L'auteur utilise ici le blanc du papier comme un élément de scénographie, les monstres se découvrant petit à petit. La forêt invisible effraye et envoûte, se jouant de nos peurs pour mieux nous montrer que le monstre n'est pas toujours celui qu'on croit. Les trois dernières doubles pages offriront finalement une réponse inattendue à ce qui semblait aller de soi. Au final, un album remarquable, original et inventif, belle parabole sur les guerres et la violence gratuite.

Yasuké - F. Marais - Éd. Les fourmis rouges - 16,50€

Frédéric Marais nous conte l'histoire vraie de Yasuke, un enfant noir né au pied du Kilimandjaro, un enfant sans nom, isolé, vivant avec les animaux, marqué comme eux. Un jour, il part à la recherche d'un nom. Il marche, rencontre la mer, un bateau sur lequel il travaille, navigue des années, mais il n'a toujours pas de nom. Et puis le bateau arrive dans un pays inconnu. L’équipage débarque et tous sont emmenés auprès du puissant et redouté seigneur Oda Nabunaga qui n'a jamais vu d'homme noir. Il est impressionné par les qualités physiques du garçon et le prend sous sa protection, le confiant à un maître d'armes. Le garçon sans nom devient un combattant redouté, fidèle au seigneur qui le nommera samouraï. Il prendra alors comme nom Yasuke. C'est ainsi qu'un esclave venu d'Afrique devint samouraï, le seul samouraï noir. Ocres, noirs, bleus éclairés de blanc donnent force à cet album, avec quelques clins d’œil à Hokusaï. Magnifique.

L’Ours qui n’était pas là - O. Lavie, W. Erlbruch - Éd. La Joie de Lire - 16,90€

Les éditions de La joie de Lire nous proposent ici un bel album philosophique pour grands, où toute la question est de savoir comment devenir soi… L’ours qui n’était pas là est né, puis il est devenu ours. Mais savoir que l’on est Ours ne suffit pas à savoir qui l’on est. Alors, au fil de ses rencontres et de ses pérégrinations, il va apprendre à se connaître pour pouvoir enfin se reconnaître… Cet album, qui est loin d’être évident par sa thématique et le traitement que ses auteurs en ont fait, est pourtant une mine quasi inépuisable de réflexions dont l’esthétique est un véritable ravissement! Entre douceur, pensées constructives et positives, questionnements sur le bonheur et l’acceptation de soi, il entraîne le lecteur à s’envisager avec tendresse; à se juger non pas pour ce qu’il voudrait être ou obtenir, mais bel et bien pour ce qu’il est et possède déjà. Le bonheur est à portée de main, il suffit juste d’ouvrir la main…


Le Corbeau et le fromage: Fable à ma fontaine - D. Descamps - Éd. Les Grandes Personnes - 20€

Un album parfait!  Mention très bien pour le texte, mention très bien pour les illustrations. Et par dessus tout, félicitations pour l’humour! Alors que le destin fait se croiser un beau matin un corbeau et un fromage, notre ami corbeau se rappelle une vieille histoire pas très flatteuse pour la réputation de son espèce. Et voilà qu’une idée brillante lui vient en tête: engloutir ce fromage «sans nul autre partage». Bien sûr il l’aguiche, faisant l’éloge de sa chair fine, délicate, parfumée. Et le fromage de s’esclaffer, d’ouvrir sa croûte, de barbouiller de crème le corbeau et surtout de ruiner son plan ingénieux. Les illustrations sont très vives, énergiques, jolies linogravures jouant sur la répétition de motifs que viennent compléter de temps en temps les découpes et autres surprises. Le texte, lui, joue sur les codes de la fable et les rimes interviennent comme une invitation à lire à voix haute. Finalement c’est un album terriblement drôle et frais, qui détourne la fable du corbeau et du renard avec délice – on la retrouve à l’intérieur pour ceux qui en ont simplement des souvenirs d’école primaire.


Regarde en haut - Jin-Ho Jung - Éd. Rue du Monde - 16€

À la suite d’un accident de voiture – résumé en quelques lignes et images sur les deux premières pages de l’album – Suji ne peut plus marcher. Perchée sur le balcon de son appartement, elle regarde le monde qui s’étale au pied de son immeuble. D’en haut, les gens ressemblent à des fourmis dont elle ne verrait que la tête et les épaules. D’en haut, elle voit si les gens sont pressés ou si ils flânent, si les enfants jouent, si les chiens passent. Parfois, la rue se remplit de parapluies, corolles noires qui s’agitent entre les flaques. À force de regarder des gens qui ne la voient pas, Suji ne distingue plus qu’une grande masse qui se meut sous ses fenêtres. «Eh! Je suis là!!! Est-ce que quelqu’un peut… regarder en haut?!». Quelqu’un tourne son visage vers Suji et peu à peu, les passants s’arrêtent et se prêtent au jeu: ils s’allongent sur le sol et regardent Suji qui les regarde. Parce que le handicap frappe d’invisibilité ceux qui en souffrent, qu’ils soient, comme Suji, condamnés à rester cloitré chez eux ou simplement qu’ils cessent d’exister au yeux de ceux qui sont indemnes, cet album est une lumineuse métaphore. Suji sourit et reprend goût à la vie (des couleurs apparaissent dans l’image) et, quand le monde est capable de la voir, reprend sa place en son sein. Pour voir Suji, il faut prendre le temps de la regarder et accepter de faire un pas de côté. Peut-être, en effet, nous faudrait-il apprendre à regarder l’autre dans sa singularité et savoir se déplacer pour rendre cette rencontre possible.