mardi 26 avril 2016

Timothée de Fombelle, le portrait chinois

En janvier dernier se tenait le salon du livre de Saint Paul Trois Châteaux. À cette occasion, la classe de 6°A du collège Georges Gouy à Vals les Bains a interviewé Timothée de Fombelle. Rencontre sous forme de portrait chinois avec un auteur de romans d’aventures et créateur de mondes imaginaires (La Bulle, Tobie Lolness, Vango…)

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez un insecte de Tobie Lolness, lequel choisiriez-vous ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : Je serais une coccinelle. On en voit apparaître dans Tobie Lolness mais très brièvement, car ce sont des personnages secondaires qui n’ont pas un rôle majeur. J’aime la fragilité de cet insecte. Dans le livre, j’évoque le nombre de points qu’il y a sur les ailes des coccinelles. C’est d’ailleurs un sujet d’étude de Sim Lolness qui a publié des livres savants sur les coccinelles quatuordécime pustulata, c’est à dire qui ont 14 points sur le dos.

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez un des quatre éléments ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : J’aime beaucoup l’air. Mes histoires ont un lien très fort avec le vertical, l’aérien, que ce soit Vango dans le monde des dirigeables ou encore Tobie Lolness qui se déroule à la cime des arbres. J’aime particulièrement l’air mais les quatre éléments sont tous importants et j’ai fait attention à ce que dans chacun de mes livres ces éléments soient également développés.

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez un personnage de vos romans ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : Je serais un personnage d’un livre qui n’existe pas encore puisque je suis en train de l’écrire. Je l’ai appelé Alma, c’est une jeune africaine à la fin du XVIIIe siècle. Comme le livre n’est pas encore écrit, ce personnage a encore tous les possibles en lui, ce qui en fait donc un personnage idéal, un personnage de rêve.

LA CLASSE DE 6°A: Dans le ciel, que seriez-vous ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : C’est drôle, puisque je parlais de l’air… Je serais une météorite, une de celles qui tombent parfois en petits morceaux sur la Terre. Parce que je pense que même si j’étais dans le ciel, j’aurais envie de connaître notre bonne vieille planète. J’ai d’ailleurs déjà touché un morceau de météorite et c’est émouvant de se dire que cet objet venait tout droit de l’espace.

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez un arbre ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : Je serais un bambou. Je sais, c’est assez différent de l’arbre de Tobie Lolness mais les bambous me font rêver, ils ont cette capacité de pouvoir pousser parfois d’un ou deux mètres en une seule nuit ! Ils sont comme des pousses télescopiques qui se préparent sous terre et tout d’un coup le turion, la jeune pousse, jaillit. Des forêts de bambous peuvent pousser de cette manière en l’espace d’une nuit et c’est ce qui me fait rêver. C’est aussi pourquoi j’aime le film Tigres & Dragons : pour ses combats en haut des bambous.

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez une chanson ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : En ce moment, j’écris des chansons donc j’écoute beaucoup de musique, et je dois dire que c’est assez intimidant de se comparer aux « grandes belles chansons » ! Je serais peut-être une chanson de Brassens qui s’appelle La marche nuptiale et où il raconte, enfant, avoir assisté au mariage de ses parents. A l’époque, il était très mal vu de se marier après la naissance d’un enfant, et alors que tout le monde désapprouve ce mariage, Brassens raconte la fierté de cet enfant qui marche devant le char de ses parents tiré par des bœufs au milieu du village.

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez un métier ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : Je serais cuisinier ! C’est un métier qui n’est pas si loin de celui d’auteur, lorsqu’on écrit, on prépare un bon repas pour quelqu’un qui va arriver après, en l’occurrence le lecteur. J’aime énormément la cuisine, et beaucoup de romans naissent pendant que je fais la cuisine. J’adore la cuisine mais je ne sais pas si j’aurais pu être cuisinier, je pense que mon cœur aurait lâché avant parce que c’est un métier très stressant.

LA CLASSE DE 6°A: Si vous étiez une planète ?
TIMOTHÉE DE FOMBELLE : Je pense que je serais la planète qui s’appelle la Terre… J’ai autour de moi des gens qui rêveraient de pouvoir partir dans l’espace, pour ma part je préfère l’espace vu de la terre. Je regarde beaucoup les étoiles, elles sont comme une forêt. Mon regard sur le ciel a changé quand j’ai appris le nom de étoiles ; de la même façon, quand j’ai appris le nom des arbres j’ai apprivoisé la forêt.

Portrait chinois proposé par la classe de 6°A du collège Georges Gouy à Vals les Bain - Écoutez cette interview sur le site de leur collège, ici ! 

Tags