lundi 27 juin 2016

Comme Benoîte Groult (2) - Malala : Pour le droit des filles à l’éducation


Malala grandit dans un village du Pakistan au sein d’une famille aimante. Son père, Ziauddin Yousafzai, s’affranchit des traditions de son peuple, les Pachtounes, et élève sa fille, Malala, comme son fils Khushal. Et quand en janvier 2009, les Talibans ferment l’école que fréquente Malala, il l’autorise à exprimer sa colère devant les caméras de la télévision pakistanaise. C’est que Malala, qui a tout juste 12 ans en 2009, a un caractère bien trempé et des convictions chevillées au corps. A 14 ans, elle est célèbre dans son pays où elle reçoit le Prix national de la jeunesse pour la paix et elle créé une fondation pour l’éducation.

C’en est trop pour les Talibans qui, le 9 octobre 2012, prennent d’assaut le bus scolaire qui la ramène chez elle et tirent sur Malala. Bien que grièvement blessée à la tête, Malala lutte encore, contre la mort cette fois, et est transférée dans un hôpital de Grande Bretagne où elle va subir plusieurs opérations. En 2014, alors qu’elle n’a que 17 ans, elle reçoit le Prix Nobel de la paix.

Comme dans chaque album de cette collection unique, quelques pages documentaires viennent utilement compléter ce beau portrait de cette jeune femme exceptionnelle à qui Aurélia Fronty prête sa somptueuse palette de couleurs.

Les enfants de France ont de la chance d’avoir de si beaux livres qui leur parlent avec intelligence des enfants du monde et un peu d’eux-mêmes aussi.

Ariane Tapinos, librairie Comptines à Bordeaux

Aurélia Fronty a illustré un autre portrait de femme exceptionnelle, dans la même et très belle collection : Wangari Maathai la femme qui plantait des millions d'arbres (texte de Franck Prévot, Rue du monde 2011)

Malala : Pour le droit des filles à l’éducation
Raphaëlle Frier (texte), Aurélia Fronty (ill.),
Rue du Monde (Grands portraits), 2015, 48 p. 17,50 €.