jeudi 2 novembre 2017

Quelques-uns des albums de Mario Ramos présentés dans les numéros de Citrouille



C'est moi le plus fort
Notre héros-loup ayant consommé une nourriture un peu trop riche lors de son dernier repas doit faire une promenade pour en faciliter la digestion. Pour joindre l'utile à l'agréable, il interroge ceux qu'il rencontre, histoire de s'assurer qu'il est bien toujours le plus fort. Bien sûr, le petit lapin, le petit chaperon rouge, les trois petits cochons et même les 7 nains se gardent bien de le contredire et reconnaissent volontiers sa suprématie. Mais notre loup a tort de se réjouir car une mauvaise surprise l'attend. Au départ, il se moque sans réserve de cette espèce de vilain petit crapaud qu'il croise. Mais lorsqu'à la question rituelle "dis-moi qui est le plus fort ?", il s'entend répondre tout gentiment "c'est ma maman", il s'étrangle de rage devant tant d'impudence. La maman de cette horrible petite chose toute verte sentant un danger pour son bébé se campe devant le loup : il s'agit en fait d'un énorme dragon qui ne supporte pas que l'on ennuie sa progéniture. Bizarrement le loup devient soudainement tout gentil et d'une humilité incroyable... Comme quoi "la raison du plus fort...".
Librairie Sorcière L’Eau Vive



Le petit soldat qui cherchait la guerre
Le soldat Eustache reprend connaissance au milieu d’un champ de bataille désert. Plein de vaillance, il se met en route, bien décidé à retrouver la guerre. En chemin, il rencontrera un aveugle, une mère et ses deux enfants, un blessé, qui le feront réfléchir et douter. Il décidera finalement de ne plus être un soldat. Album pudique et nécessaire pour parler aux enfants de la guerre et de ses conséquences.
Librairie Sorcière Le Rat Conteur 


Nuno le petit roi
Un rocher se détache d’une montagne, assomme son père, et voilà la vie de Nuno le petit lionceau complètement chamboulée. Il pose la couronne royale sur sa tête et s’en va rejoindre son trône. En réalité, il aura de bien drôles de sujets à gouverner : une girafe pleurnicharde, des rhinocéros bagarreurs, un serpent mécontent... Il ne s’imaginait pas avoir tant de problèmes à régler ! Devenir un grand comme papa, tous les enfants en ont rêvé et en rêvent encore, mais il est bon aussi de se rappeler qu’il y a un temps pour chaque chose... Des couleurs éclatantes pour un album riche de sens.
Librairie Sorcière Le Rat Conteur


Le Monde à l’envers
Rémi est un souriceau qui voit le monde sens dessus dessous. Un jour, il décide de re- joindre ceux qui, pense-t-il, sont comme lui. Merveilleuse idée d’exploiter cette croyance enfantine qu’en marchant aux antipodes, on a la tête en bas : à l’envers, à l’endroit, tout n’est bien sûr qu’une question de point de vue. Rémi le comprendra grâce à son périple – dont une mémorable traversée du désert! Il retourne parmi les siens à dos de cigogne et se sent désormais libre d’être lui-même et apprécié comme tel. Cet album, profond et facétieux, aborde déjà les thèmes et la manière qui seront chers à Mario Ramos. Tous ses personnages, originaux ou détournés, sont inoubliables et traverseront les générations.
Librairie Sorcière Autrement Dit


Le plus malin
Le loup, d’humeur badine, tente de capter l’attention du Petit Chaperon Rouge. Peine perdue… Plan B: il fonce chez la grand-mère et se retrouve dehors en chemise de nuit et charlotte roses, ridicule et mortifié. En effet, aucun des personnages qu’il va croiser ne le reconnaît dans cet accoutrement et en plus il va y laisser ses crocs, à cause de «fette fatanéé femise». Les plus petits suivent les pérégrinations des lunettes perdues par le chasseur: cachées dans le décor végétal, elles vivent leur propre aventure. Les plus grands y percevront le retournement de situation. L’ironie sociale et les dialogues, comme les cerises et les framboises, sont succulents. Quant au plus malin, lequel est-il?
Librairie Sorcière Autrement Dit



Le Petit Guili
Le petit lion Léon devient roi et comprend que garder sa couronne c’est préserver son pouvoir. Guili est un petit oiseau et contrairement à l’injonction du roi, sa maman ne lui a pas brisé les ailes à la naissance. Dévouée à son édu- cation, elle l’entoure de son amour tandis que le roi Léon est contraint d’accentuer sa férule sur ses sujets. Jusqu’au jour où le petit Guili dérobe sa couronne pour la déposer sur la tête d’animaux qui jouent tour à tour à être rois. Chacun «ordonne», «exige», «impose». Guili retoque d’un cin- glant «Ridicule!» les propositions de cette galerie de prétendants plus succulents les uns que les autres. Guili, seul capable de prendre de la hauteur, choisit la liberté. La chute est excellente qui comme souvent chez Mario Ramos invite à une relecture du début de l'histoire. Une double page rend hommage à Tomi Ungerer, qu'il admirait, et nous permet de souligner la fi- liation entre les deux auteurs. Mario Ramos, avec le recul de la satire et de l’humour, nous livre l’évolution de ses personnages, au lecteur de cheminer et de découvrir la sienne propre, quel que soit son âge: car c’est ici sa force et son talent de mettre à la portée des enfants des notions telles que la vanité, la tyrannie, l’aspiration à la liberté ou la construction de soi. Ce dernier livre de Mario, disparu le 16 décembre 2012, réjouira des plus petits aux plus
grands tout en les aidant à se poser les bonnes questions – but qui guidait, entre autres, son travail d'auteur illustrateur. Du fond du cœur, merci l'artiste.
Librairie Sorcière Autrement Dit