dimanche 12 février 2017

«L'Histoire ne se laisse pas faire, un rêve reste un rêve, même si la réalité fait un bout de chemin avec lui. » - Bertrand Solet

Ce 4 février 2017, Bertrand Solet a atteint la rive occidentale du Nil... Paix à son âme, parmi celles des grands personnages de l'histoire qu'il affectionnait. Voici ce qu'il expliquait en 2003 du défi qu'il s'était lancé de raconter la vie de Cléopâtre.

«Pour un auteur amoureux de l'Histoire, c'est se lancer à lui-même un grand défi que de vouloir raconter la vie de Cléopâtre.

Pratiquement rien d'authentique n'existe pour l'orienter et les auteurs de l'Antiquité ne parlent de la reine qu'au travers des évocations de César et d'Antoine. Elle n'est jamais leur héroïne, Rome seul les intéresse, et pour Rome, Cléopâtre représente un élément perturbateur, une orientale dépravée, source de malheurs. Shakespeare reprend la thèse dans son drame célèbre, Antoine et Cléopâtre, où l'on voit un Romain honnête et généreux succomber, vaincu par l'amour qu'il porte à une intrigante ...

Sur le simple plan des évènements biographiques, de multiples éléments manquent, se contredisent, des dates même sont controversées, remettant en question des constructions déjà incertaines. Comment travailler à partir de là ? Pire, comment à partir de cette réalité douteuse interpréter le comportement humain, les pensées de Cléopâtre tout au long de sa propre histoire ? Cette histoire qu'on ne pourrait donc écrire que sous forme de roman où l'imagination de l'auteur jouerait le plus grand rôle.

L'auteur va-t-il se laisser engluer dans ces difficultés ? Elles s'ajoutent d'ailleurs à une autre, inséparable de tout récit ayant l'Histoire pour décor: faire sentir au lecteur l'évolution des mentalités ; lui rappeler qu'il y a deux mille ans un assassinat, par exemple, 'avait pas forcément la même signification qu'aujourd'hui.

Alors, pourquoi se lancer un tel défi, choisir malgré tout d'évoquer Cléopâtre ? Les réponses s’imposent lorsque surgit l'essentiel: Malgré notre ignorance, il apparaît que la reine égyptienne a été une héroïne incomparable dans l'histoire du monde, une femme dont le rêve a dépassé les rêves les plus démesurés. Epouse de deux Romains parmi les plus illustres, l'influence qu'elle exerça sur eux dépasse de très loin celle d'une simple amoureuse, aussi rouée soit-elle. On devine combien il lui fallut d'intelligence et d'opiniâtreté pour mener ses combats...

On connaît les projets de conquêtes de Jules César au moment où il fut assassiné, des projets que Cléopâtre a su faire germer sur un terrain propice. On sait la conduite d'Antoine en Égypte. A partir de là, il est facile de se rendre compte à quoi tendaient les efforts constants de la descendante d'un lieutenant d'Alexandre le Conquérant : rassembler sous une seule loi un Empire d'Orient, allant d'Alexandrie à l'Inde, et sceller avec Rome, maîtresse de l'Occident, une alliance indestructible, qui ferait de son fils le pharaon d e l'univers. Le projet éblouit par sa démesure.

L'Histoire ne se laisse pas faire, un rêve reste un rêve, même si la réalité fait un bout de chemin avec lui.

Pourtant, malgré son échec, il demeure une trace profonde de Cléopâtre dans notre mémoire collective. Une image de la reine s'est imposée, silhouette légère, jeunesse, beauté, l'amour qu'elle a su donner, sa féminité, ses parures de déesse, les décors de sa vie, autant d'éléments propices à faire vagabonder notre imagination et à l'entraîner en direction de cette Egypte, même grecque, qui ne cesse de nous fasciner.» 

- Bertrand Solet




ACHETER EN LIGNE
La mer en vrai
1936 : les premiers congés payés
Bertrand Solet, Pef
Editions Rue du Monde

Une histoire narrative complétée par des encarts documentaires sur cette période historique : l’histoire commence le jour des vacances de notre petit héros et sa famille. Destination la Normandie pour profiter pleinement de la mer et ses plaisirs... L'occasion également de rencontrer le grand-père de Manon, âgé de plus de quatre-vingts ans, qui évoque son enfance. Il raconte ce mois de juillet 1936 où un monde s'ouvrait alors aux ouvriers : pour la première fois, ils avaient eux aussi le droit de venir sur les plages ! Cet événement historique est raconté avec délicatesse par Bertrand Solet et le parallèle avec 2006 (année de parution de l'album) est très à propos. Les illustrations de Pef sont une réussite avec un joli travail d’hommage au peintre Fernand Léger, artiste très sensible au monde du travail et aux loisirs populaires... - Librairie Sorcière La Courte Echelle