dimanche 19 février 2017

Nouvelles contemporaines. Regards sur le monde : lu par le club des lecteurs de la Librairie Tire-Lire à Toulouse


Nouvelles contemporaines. Regards sur le monde, est un recueil de nouvelles, écrites par Delphine de Vigan, Timothée de Fombelle et Caroline de Vermalle, paru en 2012.

Cet ouvrage ne recèle que de nouvelles écrites à la première personne, et chacune d’elles met en scène des personnages, des familles,… toujours différents.

Elsa compte le temps qu’il reste avant que son père ne revienne, et, à force de compter, elle pense que son cœur devient sec ; May dessine sa future maison pendant la nuit, dans son hôtel ; un écrivain nous raconte sa vision du monde à travers son écriture ; Gaston, un homme âgé, ne cesse de penser que les choses auraient pu être différentes si son père n’était pas parti à la guerre, et continue à l’attendre dans son carrousel ; Vincent, qui cherche à redonner goût à la vie à sa fille qui a essayé de se suicider. Tous ces personnages sont héros de différentes nouvelles, et chacun possède sa propre conception du monde. Regarder les choses à travers les yeux d’Elsa, c’est différent qu’à travers ceux de May ou ceux de Vincent. Et cela entraîne une réflexion sur notre propre perception de ce qui nous entoure et de ce que l’on vit.

Tous les membres du club des lecteurs s’accordent à dire que les nouvelles ne sont pas toutes égales. Cela étant, si certaines n’ont pas été appréciées par un lecteur, elles peuvent avoir été adorées par un autre. Voilà pourquoi il est difficile de ne citer qu’une seule opinion de lecteur. Je vous propose donc trois réflexions de lecteur, créées par la lecture de trois nouvelles différentes:

Pour Ambre, la nouvelle de Timothée de Fombelle « J’ai attendu » fut une véritable révélation. Après avoir longtemps réfléchi à la signification de l’attente du personnage principal, elle a réalisé que nos conditions de vies ne tiennent parfois (notamment lorsque l’on est enfant) qu’à la chance ou la malchance. Cela soulève des interrogations quant aux notions d’inégalité et d’injustice – « pourquoi moi, et pas elle ? » -, mais aussi de hasard.

Pour Paolo, c’est la nouvelle de Caroline Vermalle « La Fille du déménageur » qui l’a le plus enthousiasmé. Cette nouvelle, entièrement fondée sur la relation entre un père et sa fille, est un exemple évident selon lui que l’argent ne fait pas le bonheur, et que le bonheur ne s’achète pas. On ne le trouve que dans l’amour et l’affection que l’on porte aux gens qui nous sont importants et dans la capacité à le leur dire.

Pour Martin, la nouvelle de Timothée de Fombelle « Le Dernier tour » est bouleversante. Déjà, dans un premier temps, parce que les derniers instants changent tout à fait la compréhension de l’intégralité de la lecture. Mais aussi, et surtout, parce qu’elle met en évidence le chagrin intarissable que peut nous procurer la perte d’un être cher, et comment la tristesse peut « rendre fou » lorsqu’elle est liée à un refus de continuer à vivre malgré tout.

Et vous, quelle nouvelle aura changer votre regard sur le monde ?…

Librairie Sorcière Tire-Lire

ACHETER EN LIGNE
Nouvelles contemporaines. Regards sur le monde
D. de Vigan, T. de Fombelle et C. Vermalle
Livre de poche – Avril 2012