dimanche 2 avril 2017

Tout m’inspire - Une interview de Marc Majewski


Marc Majewski est né en 1993 dans le sud de la France. Enfant, découvrant les tableaux de Gustave Doré et Quint Buchholz, ceux des peintres symbolistes mais aussi les films de Hayao Miyazaki, il se passionne pour le dessin et la peinture. Plus tard, il entre à l'école Pivaut de Nantes et poursuit sa formation artistique avec le peintre Marc Chalmé, avec qui il partage la même fascination pour les couleurs et la lumière. La rencontre avec des illustrateurs comme Benjamin Lacombe et Frédéric Pillot le décide à se diriger résolument vers le livre jeunesse. En 2014 il publie son premier album, La Belle au bois dormant, chez Magnard. Cette année deux livres sont déjà parus aux éditions Le buveur d’encre: Un beau voyage et Le livre d’Hannah. Un troisième, Une histoire, paraîtra chez le même éditeur en octobre.

GAËLLE CALLAC: Comment t’est venue l’idée de Un beau voyage?
MARC MAJEWSKI: Comme pour beaucoup d’histoires, en dessinant. Ça a commencé par le petit dessin au crayon de couleur d’un voyageur, entouré de valises, qui semblait un peu perdu. J’ai continué avec plusieurs croquis de scènes, de paysages dans lesquels on le voyait se promener à la gare, dans les champs. Il n’avait nulle part où aller, pas de prénom, à peine un visage. Il était là, avec sa petite valise fermée. Et je l’ai trouvé très touchant.

GAËLLE CALLAC: Quand le texte est-il apparu dans ton esprit?
MARC MAJEWSKI: J’ai continué à faire des dessins, des dessins très rapides, des recherches de composition, des paysages, parfois de petites peintures abstraites, et l’histoire est apparue au fur et à mesure. Au départ elle était plus longue, plus narrative. J’ai très vite ressenti le besoin de la simplifier, de l’épurer, d’aller à l’essentiel. J’avais l’idée d’un grand livre dans lequel se promener, contempler, attendre. Un livre à lire lentement...

GAËLLE CALLAC: Cela fait-il longtemps que tu écris?
MARC MAJEWSKI: J’ai toujours adoré écrire. Plus jeune, je lisais et écrivais énormément de poésies. J’adorais ça! Aujourd’hui j’ai toujours un carnet avec moi où je note des impressions, des phrases, des idées. Mais ces écrits n’ont pas vraiment vocation à être lus, ni même conservés. Il arrive cependant que certaines notes prennent une direction inattendue et se transforment en histoire...

GAËLLE CALLAC: Pour ce livre quelles ont été tes inspirations?
MARC MAJEWSKI: Tout m’inspire! Je passe beaucoup de temps à me documenter, à regarder des films, à lire, à prendre des photos de ciels, de lumières, de compositions et de couleurs. Pour Un beau voyage, je me suis principalement inspiré du travail d’Edward Hopper, de Claude Monet, de Shaun Tan, d’Hayao Miyazaki, du photographe Marwane Pallas… La liste est longue!

GAËLLE CALLAC: Avec quelles techniques as-tu travaillé?
MARC MAJEWSKI: Pour cet album j’ai peint à l’acrylique sur du papier.

GAËLLE CALLAC: Tu travailles actuellement sur un livre intitulé Une histoire qui paraîtra aux éditions Le buveur d’encre en octobre. Peux-tu nous en dire deux mots?
MARC MAJEWSKI: Une histoire n’est pas si éloigné de Un beau voyage. Il s’agit d’un petit garçon qui découvre un jour dans sa chambre «un grand livre noir». Trop impressionné pour l’ouvrir, il se laisse à imaginer ce qu’il peut contenir. Le livre se présente alors au lecteur comme une divagation poétique, enfantine, une ode à l’imagination, et finalement, à toutes les histoires que renferment les livres!

Propos recueillis par Gaëlle Callac pour Citrouille





Un beau voyage
Auteur illustrateur: Marc Majewski
Éditions Le buveur d'encre
16€ - Album

Il descend, seul, d'un train sans autre voyageur que lui. Le voilà sur le quai, au milieu de nulle part, avec pour seule possession une valise dont il a perdu la clef depuis si longtemps qu'il ne sait même plus ce qu'elle contient. Commence alors pour lui un (beau) voyage. Une quête. Marchant sur une route unique et déserte, il connaîtra la solitude, la crainte de mauvaises rencontres, l'espoir d'arriver jusqu'à la ville où il aura plus de chance de trouver une clef pour sa valise désespérément close. Et l'arrivée dans la cité grouillante et bruyante lui apportera bien des surprises… Un beau voyage est de ces albums universels, d'une rare poésie, qui parlera aux enfants comme aux adultes. Marc Majewski possède les mots de la simplicité élégante, humaine, douce, intrigante et profonde, et un don assez incroyable pour la lumière et la couleur. On pense à Hopper, à Mattotti, aux peintures de Shaun Tan, et pourtant Marc Majewski a un univers propre et unique, magique, ensorcelant, fait de lumières (vraiment) incroyables et d'ombres frissonnantes... 
- Librairie Page d’Encre