dimanche 29 octobre 2017

La drôle de petite bibliothèque (éditions MeMo) : sur une échelle de mignonnerie qui va de 0 à 10, je lui mets 15 facile.

Ce sont les éditions MeMo qui ont eu la superbe idée de nous proposer ces 12 mini albums inconnus chez nous, qui avaient été publiés en 1949 aux Etats-Unis.
Voici une vraie maison d’édition comme on les aime, dont on apprécie depuis plus de 20 ans la production raisonnée, la qualité des ouvrages et le travail patrimonial.
C’est bien de cela qu’il s’agit avec ce ravissant petit coffret qui regroupe donc douze petits histoires animalières complètement farfelues écrites par une certaine Dorothy Kunhardt, auteure-illustratrice très célèbre outre-atlantique qu’on avait déjà lue chez le même éditeur avec Dans la boîte et connue également au Père Castor avec la petite série du Lapin Câlin.
Aucune portée moralisatrice dans ces ravissantes petits albums, mais des propos parfois bien perchés. J’en veux pour preuve l’histoire de La Méchante Invitée (mon histoire préférée) qui met donc en scène Margaret, une petite chèvre qui n’aime pas jouer toute seule et ça tombe bien puisqu’elle a une amie imaginaire, c’est Estelle, qui est venue la rejoindre pour jouer avec elle.

Vous la voyez, pas vrai ? Elle est juste derrière le vélo de Margaret (sauf qu’y’a personne, en fait, elle est complètement frappée cette petite). Et puis Margaret s’énerve parce qu’Estelle ne veut pas tirer la petite carriole alors qu’on avait dit chacun son tour (ouais, ça s’arrange pas). Et la mère de Margaret va s’y mettre aussi en grondant cette petite Estelle bien délurée (mais qu'est ce qu'il vous prend, madame ??… C’est une AMIE IMAGINAIRE!), en téléphonant à ses parents (hein ??!!) et en renvoyant derechef la petite malapprise chez elle : «Ne reviens pas, Estelle, avant de savoir jouer gentiment !» (non mais c’est dingue, madame, on vous a dit QU’ELLE N’EXISTAIT PAS !!) Et l’histoire se clôture sur l’illustration d’un petit chemin, entièrement désert, évidemment…PUISQU’IL S’AGISSAIT D’UNE AMIE IMAGINAIRE (dans la famille des chèvres schizos, je demande la fille ET la mère !) Je suis très bon public pour ce genre de trucs, ça m’a bien fait marrer !
Et puis il y a une histoire qui m’a touchée, c’est celle de l’Oncle Coin-Coin, qui offre des cigarettes en chocolat à son petit neveu. Very shocking par les temps qui courent n’est-ce pas ? Et dire que quand j’étais petite mon père m’en achetait régulièrement, des clopes en chocolat, que je faisais semblant de fumer à côté de lui sur le canapé pendant qu’on regardait un match et qu’il tirait sur ses Gauloises … (#jaibientôt102ans)
Vous ai-je parlé des minuscules peintures qui illustrent merveilleusement ces petites histoires loufoques ? L’éditeur nous assure qu’il y en a 200 dans ce petit coffret et on le croit sur parole. Elles sont l’œuvre de Garth Williams, qui est un célèbre illustrateur américain des années 40, notamment connu pour avoir illustré de grands classiques tels que La Petite maison dans la prairie ou Stuart Little.
Que vous dire, sinon que ces minutieuses petites illustrations sont tout à fait ravissantes, expressives en diable et pleines de couleurs et qu’elles nous font un peu penser à l’univers de Richard Scarry. Foncez sur cette petite merveille éditoriale et faites-lui une place de choix dans votre bibliothèque !
Véro, Librairie La Boîte à Histoires à Marseille