dimanche 22 octobre 2017

Michèle Moreau: «Pascal Ruter est doté d'une inventivité scénaristique sans pareille.»


Quelques questions à Michel Moreau, l’éditrice de Barracuda for ever, qui croit à  «une littérature "sans frontières", traversée par les genres et les styles littéraires, à des écrits rythmés, à langue savoureuse, qu'on peut déguster à tout âge.»


ANNIE FALZINI: As-tu, pour les romans que tu publies, une ligne éditoriale précise ou bien «suivez-vous» plutôt vos auteurs?
MICHÈLE MOREAU: Nous en avons une. Elle est motivée par le désir de raconter aux enfants et adolescents d'aujourd'hui des histoires fortes, à l'écriture très soignée. Je ne souhaite pas développer pour le moment la littérature young adult, ou nous spécialiser dans la fantasy, le fantastique, tous ces genres sur-représentés si j'en crois les manuscrits que nous recevons. Je crois plutôt en une littérature «sans frontières», traversée par les genres et les styles littéraires. Des écrits rythmés, à langue savoureuse, qu'on peut déguster à tout âge. Tout comme en musique. Quand je dis à tout âge, cela vaut pour les parents aussi, je suis ravie quand j'apprends qu'ils partagent les bonheurs de lecture de leurs enfants. Nous avons d'ailleurs ouvert des collections pour les plus jeunes : Mon Marque-page pour les 7/10 ans, Mon Marque-page + pour les 9/12 ans, et nous invitons nos auteurs et les autres aussi, bien sûr, à s'en emparer, chacun à leur manière.


Quels critères guident tes choix? Je les trouve très qualitatifs, d’autant plus que tu publies des auteurs français.Tu démarches ceux que tu rêves d'avoir à ton catalogue, ou tu reçois leurs manuscrits spontanés…  ou les deux?
Nous sommes très sélectifs. Depuis le début, j'ai apprécié les plumes nouvelles, des auteurs qui avaient tout et tant à dire, et de façon singulière, comme Éric Senabre, Pascal Ruter, Tristan Köegel, Flore Vesco... Ce sont tout simplement des auteurs qui, enfant, m'auraient fait vibrer! Et qui me font vibrer d'ailleurs, même si je ne suis plus une enfant… J'ai aimé les accompagner, j'ai aimé apprendre le métier d'éditeur de fiction avec eux, pas à pas. Pendant quelques années, nous n'avons publié que des primo-romanciers, y compris en littérature étrangère, avec Siri Kolu et ses Filouttinen. Aujourd'hui, le catalogue s'est étoffé. L'éditrice en charge de la fiction, Mélanie Perry, a eu à cœur de suivre les désirs des auteurs maison, mais aussi d'accueillir de nouveaux auteurs. Inutile de démarcher pour le moment, le bouche à oreille fonctionne bien!
Le cœur en braille, La famille Cerise et maintenant Barracuda for Ever: qu'est-ce qui te séduit dans les romans de Pascal Ruter?
J'adore le lire et le relire, j'adore sa petite musique… Pascal Ruter est doté d'une inventivité scénaristique sans pareille, il a aussi quelque chose d'indéfinissable, qu'on peut appeler la grâce, avec ce mélange de légèreté et de profondeur, d'élan vital et de tristesse fugace, une faculté à brasser tous les sentiments,  à créer des personnages hors normes, attachants en diable, Oncle Zak, Tarzan, Napoléon, Mademoiselle Bonjour... Ses personnages enfants sont véritablement incarnés, ce ne sont pas des prétextes, ils sont tellement émouvants! Évidemment, il y a cet humour, un humour aux mille nuances, du plus fin au plus rabelaisien qui soit. Il ose tout! Il est constamment dans l'urgence de l'écriture, mais très ouvert aux suggestions. Ainsi, je lui ai proposé de créer une série La Famille Cerise, pour les plus jeunes, et… quel régal!


Quelles « innovations » chez Didier  dans les mois qui viennent? Des livres à toucher !!!
Il y aura du nouveau dans le domaine de la petite enfance, mais c'est encore un peu trop tôt pour en parler. Côté livres-CD, nous allons accompagner dès septembre les nouveaux usages d'écoute: une carte de téléchargement gratuite sera insérée dans toutes nos nouveautés et meilleures ventes, et l'intégralité de notre catalogue sonore sera disponible sur les plateformes de streaming. Cependant, l'objet livre-CD me paraît plus que jamais d'actualité, il est important de rappeler les bienfaits que son usage immodéré (!) peut apporter à l'enfant, en termes de concentration, d'échappée vers l'imaginaire, de partage avec l'adulte...


Propos recueillis par Annie Falzini, Librairie Sorcière L’Oiseau-Lire à Évreux