lundi 12 mars 2018

«Je jure sur ma collection de Martine que dorénavant je lirai un par un tous les bouquins que je sortirai des cartons.» (Par Véronique Benay)

Je dois faire mon mea culpa et mon coming-out livresque: figurez-vous que j’ai mis en librairie sans l’avoir regardé plus avant le fameux J’ai chopé la puberté. Rhoo putain la bourde… Que dis-je, la lourde erreur professionnelle. Du coup je redoute de me faire lapider par mes confrères des métiers du livre…

Je jure sur ma collection de Martine que dorénavant je lirai un par un tous les bouquins que je sortirai des cartons, quitte à y passer mes journées, ma vie, mes nuits pour qu’aucun ouvrage maladroit, malintentionné ou propagandiste ne vienne dévoyer cette belle jeunesse dont j’ai, à mon humble niveau, la responsabilité.

En tous cas ça vaut le coup d’en discuter, non ? Ah ben trop tard. On me dit dans l’oreillette que le bouquin en question a été retiré de la vente par l’éditeur, suite à la pétition lancée par des gens qui pensent mieux que moi, sont plus réactifs, plus engagés et ont certainement lu le bouquin de A à Z, eux.

Parce que si ce n’est pas le cas, ça fait un peu peur non, ou c’est moi ?
Mon sentiment est un peu confus, mais instinctivement je dirais que ça pue tout ça… Que l’on s’offusque des propos débiles tenus dans cet ouvrage destiné aux toutes jeunes filles, soit, je plussoie et suis tout à fait d’accord sur le fond (dans la forme mon penchant naturel me porte plus à me marrer qu’à m’indigner – eh oui ça a été ma première réaction en tombant sur les extraits- et à tourner le truc en dérision plutôt qu’à pousser des hauts cris, mais enfin ça c’est une autre histoire). Mais les éditions Milan ont été bien promptes à réagir à la vindicte populaire pour éviter le bad buzz, ne laissant aux auteures (ah tiens, trois faibles femmes) aucune latitude pour se défendre, aux libraires et bibliothécaires aucun espace pour proposer en regard d’autres livres sur le même sujet.

Ah c’est donc comme ça qu’on va procéder désormais ? Chouette ! J’ai plein de bouquins à proposer à la censure (on parle de On n’est pas des quiches paru en même temps chez le même éditeur sur des recettes de cuisine pour les filles ??). Enfin bref, ça m’énerve tout ça et pour tout dire, ça me met profondément mal à l’aise.

Ceci étant, ne cédons pas, chers lecteurs, à l’emballement facile et à l’esprit de meute, et gardons notre sens critique…

Véronique Benay,  Librairie La Boîte à Histoires à Marseille

On a chopé la puberté, Séverine Clochard,‎ Mélissa Conté,‎ Anne Guillard, éditions Milan 2018

On n'est pas des quiches ! Mélissa Conté,‎ Anne Guillard, éditions Milan 2018