dimanche 1 avril 2018

Frédérique Elbaz : «Enfant, j’aurais aimé qu’on me parle de sujets qu’on pense, à tort, réservés aux adultes.»


Frédérique Elbaz est l'auteure et l'éditrice de la collection Philoménale aux éditions du mercredi qu'elle a créées en 2014. Les titres de cette collection abordent les questions de la vie en société, de la liberté, de la conscience, de l'altérité et sont accompagnés de fiches pédagogiques «citoyennes» téléchargeables gratuitement sur son site afin de faciliter les débats citoyens avec les jeunes lecteurs, dans le cadre scolaire ou péri-scolaire. Patricia Matsakis (librairie Le Bateau Livre) l'a invitée à vous expliquer le pourquoi de Philoménale.


«Tout est parti d’un titre: Être ou ne pas Hêtre. Lors d’une balade, j’ai vu un petit hêtre planté à côté de grands arbres. Je me suis dit que comme nous, les êtres, il allait devoir grandir, s’épanouir, affronter bien des orages et trouver sa place dans le monde des arbres. Et si quelqu’un pouvait l’y aider, ce serait formidable. Alors, j’ai pensé qu’une petite fille, bienveillante, Philomène lui ferait partager son expérience et son savoir de petit être. Il était important que ce personnage pensant et un peu philosophe soit une fille, une manière de dépeindre les filles comme des «sujets pensants». J’ai donc imaginé des dialogues entre l’être et le hêtre en jouant sur les mots communs aux humains et aux arbres comme racines, feuilles… «Et Philomène doit expliquer au hêtre qui n’est pas un être, qu’elle est un être qui n’est pas un hêtre». Le premier titre aborde donc la notion même d’existence. Puis, j’ai décliné la collection pour aborder les grands thèmes de la vie et de la société: la liberté avec le chêne, la beauté avec le charme, le travail avec le bouleau, l’altérité avec le cyprès, le bonheur avec le saule pleureur...

Je pense que la littérature jeunesse est un outil formidable pour transmettre et défendre nos valeurs démocratiques, républicaines, laïques. Je la vois comme une activité militante et engagée. D’ailleurs dans le prochain et neuvième titre, il est question d’un arbre à thé athée qu’un vieil instituteur avait planté dans un verger avec ses élèves en 1905… Je voulais, avec la collection Philoménale, amener les plus jeunes à une réflexion personnelle et citoyenne même si les deux registres se superposent souvent. En traitant ces notions fondamentales et complexes par la fiction et le roman, la transmission de l’essentiel se fait d’une manière vivante, simple mais pas simpliste. J’ai le souvenir qu’enfant certaines interrogations restaient confuses, un peu obscure: j’aurais aimé qu’on me parle de sujets qu’on pense, à tort, réservés aux adultes. Comment devenir citoyen tout en restant soi-même? Le bonheur est-il un droit? À quoi ça sert de travailler? Comment vivre en société? C’est quoi être humain? La collection est une invitation à la discussion et au débat, en classe ou à la maison.

Aujourd’hui, avec Internet et l’omniprésence des médias, les enfants de plus en plus jeunes, sont exposés à une parole publique souvent violente, crue qui ne passe pas par le filtre de la tempérance ni de la modération. Quand on a huit ou neuf ans, qu’est-ce qu’on fait de tous ces mots, de toutes ces idées, de toutes ces sollicitations, de tous ces questionnements? Les mots on apprend à jouer avec, les idées à les combattre ou à les défendre, les sollicitations à les comprendre… Et, je suis convaincue que c’est dans les livres qu’on trouve des clefs et des explications même si, au fond, dans la collection Philoménale, les questions comptent autant que les réponses.»


Propos recueillis par Patricia Matsakis, Librairie Sorcière Le Bateau Livre à Montauban




Auteur: Frédérique Elbaz - lllustrateur: La Wäwa
Éditions du Mercredi
Philomène et Monsieur le chat aiment se promener, discuter et réfléchir sur des sujets divers et variés. Un soir qu'ils procèdent à leur balade rituelle, Philomène se rend compte que Monsieur le chat, d'ordinaire si éloquent, est drôlement laconique, voire mélancolique. Il affirme qu'il aimerait voir un mystérieux arbre, situé à l'autre bout du monde, un arbre au feuillage doré, pour le sortir de sa routine. Les voilà partis. Mais arrivés sur place, malheur!, ils se rendent compte que, quoique très beau, l'arbre ne parle que d'argent et de richesse. Philomène et Monsieur le chat vont alors le convaincre que la seule véritable richesse est l'amitié, l'amour… Ce conte philosophique possède une grande richesse (!) poétique, de par le prénom de Philomène (qui désigne un rossignol), les métaphores employées, les jeux de mots responsables de quelques quiproquos, ainsi que par la musicalité du texte, très fluide. Les douces illustrations viennent étayer son aspect onirique, et le traitement des sujets abordés devient aérien. Ce conte est au final un véritable bijou, à mettre entre toutes les mains, petites... et plus grandes! - Librairie Chantepages





Tags

  • ACHETEZ LES LIVRES RECOMMANDÉS PAR CITROUILLE-HEBDO DANS NOTRE LIBRAIRIE EN LIGNE :

    VOUS Y TROUVEREZ AUSSI NOS TROIS COUPS DE COEUR DU JOUR!