lundi 8 octobre 2018

Quand l’amour maternel ne va pas de soi mais se construit dans la découverte de l’autre et de soi-même




Aldegonde est sorcière comme l’étaient avant elle sa mère, sa grand-mère et son arrière grand-mère. Comme toutes les sorcières, elle a un cœur de pierre. Alors quand elle trouve un bébé au détour d’un chemin, elle ne sait vraiment pas quoi en faire, ni comment l’appeler. Puis se disant que, comme son chat, il lui tiendra compagnie, elle l’adopte et après avoir hésité à le nommer chaise, table ou chaudron, elle se décide à l'appeler Aurore.

Aurore grandit et rentre à l’école. Là, elle subit les moqueries des autres enfants : être la fille de la sorcière n’est pas sans conséquences. Mais Aurore ne se laisse pas faire et Aldegonde, cachée derrière un arbre entend sa fille faire d’un elle, et de leurs liens, un portrait flatteur. Et si finalement ce qu’Aurore prétend de leur relation n’était pas si éloigné de la vérité ? Et si le cœur de pierre d’Aldegonde s’était ouvert à un sentiment inconnu d’elle jusque là ?

Aldegonde n’est finalement pas différente de bien des mères à qui l’amour ne vient pas à l’instant de la rencontre avec leur progéniture mais se construit dans la découverte de l’autre et de soi-même. Au prétexte d’une histoire de sorcière, Claire Clément met des mots sur quelque chose de subtile et violent à la fois : l’amour maternel ne va pas toujours de soi. Et il faut du talent pour en faire une histoire pour les enfants et une histoire pleine d’espoir.

Tags

  • ACHETEZ LES LIVRES RECOMMANDÉS PAR CITROUILLE-HEBDO DANS NOTRE LIBRAIRIE EN LIGNE :

    VOUS Y TROUVEREZ AUSSI NOS TROIS COUPS DE COEUR DU JOUR!