vendredi 29 mai 2020

Marie-Aube Ruault, libraire Sorcières à Forcalquier, dans le webzine AOC

La librairie La Carline, pendant le confinement © La Carline

 

Libraire Sorcières à La Carline (Forcalquier), Marie-Aube Ruault a participé à un entretien publié le 16 mai sur le quotidien en ligne AOC (Analyse Opinion Critique). Avec Eric Dumas, libraire, et Benoît Virot, éditeur, elle était invitée à s'exprimer sur les pratiques et usages de la librairie et de l'édition, ainsi que sur le présent et le futur de la chaîne du livre.


L'article, dont nous publions de courts extraits, est accessible sur le site du webzine (en créant un compte).


- EXTRAITS -

La librairie, une communauté
" (...) pour maintenir vivant le lien avec nos clients, nous avons proposé des rendez-vous très fréquents, sur notre site ou par notre newsletter, avec les gens des métiers du livre, des métiers de mots et d’images qui nous sont proches. Ça nous a permis de mesurer à quel point une librairie est aussi une communauté."



Du temps pour choisir chaque livre
"Ce qui me semble vraiment incontournable, c’est de pouvoir choisir chaque livre qu’on va proposer à nos clients, et leur faire découvrir des titres peu médiatisés, des catalogues d’éditeurs exigeants, originaux, qui s’attachent à publier une œuvre plutôt que des produits de mode… et pour cela, il nous faut du temps, du temps et encore du temps !"


Pas de chaîne sans maillons solides
"(...) je me sens très proche des éditeurs indépendants, qui me semblent être avec nous au bout de la corde, avec aussi la plupart des auteurs (ça finit par faire du monde sur cette corde !). Je crois que la chaîne existe, et que comme toute chaîne elle ne tient que si tous les maillons tiennent, et que les maillons les plus faibles sont les auteurs et éditeurs d’un côté, et les libraires de l’autre."






Tags

  • ACHETEZ LES LIVRES RECOMMANDÉS PAR CITROUILLE-HEBDO DANS NOTRE LIBRAIRIE EN LIGNE :

    VOUS Y TROUVEREZ AUSSI NOS TROIS COUPS DE COEUR DU JOUR!